Centre INFORMATION

Conférence annuelle des responsables des services centraux, déconcentrés et extérieurs du Ministère des Finances 2018

Publication : mardi 6 mars 2018 08:59

Financer les PME et réussir le programme économique et financier du Cameroun

La Conférence Annuelle des Responsables des Services Centraux, Déconcentrés et Extérieurs du Ministère des Finances s’est déroulée du 31 janvier au 1er février 2018 au Palais des Congrès de Yaoundé, sous la présidence du Ministre des Finances Alamine Ousmane Mey, assisté du Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances Elung Paul Che. C’était en présence de cinq membres du gouvernement : Mme Adjidja Alim Youssouf, Ministre  de l’Education de Base, Louis Paul Motaze de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire ; Abba Sadou, Ministre Délégué à la Présidence de la République, chargé des Marchés Publics ; Laurent Serges Etoundi Ngoa des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat et Issa Tchiroma Bakary de la Communication.

Le thème retenu cette année : « Consolidation budgétaire et financement des  PME pour un programme économique et financier réussi », visait à réfléchir sur l’accélération de la croissance et le financement des PME, socle du développement économique, social et harmonieux du Cameroun. La réflexion était également orientée vers la recherche d’une réponse cohérente et concertée relative à la situation économique, financière et monétaire difficile traversée par la zone CEMAC conformément  aux recommandations du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la sous-région le 23 décembre 2016 à Yaoundé  : il s’agit de préserver la politique de change, rétablir la soutenabilité des finances publiques et les équilibres budgétaires extérieurs en ramenant et en maintenant le déficit budgétaire en dessous de 3% du Produit intérieur brut (PIB).

   Pour atteindre la dynamique de relance d’une croissance forte, durable et inclusive, le Cameroun se propose d’agir sur deux leviers : les recettes et les dépenses. La stratégie visant à optimiser la mobilisation des ressources internes en matière fiscale, est ainsi basée sur l’élargissement de la base fiscale; le renforcement et la modernisation du recouvrement ; l’amélioration de la gouvernance, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales et l’amélioration du climat des affaires.

Au niveau  de la dépense publique, le maître-mot est celui de la  rationalisation : dépenser mieux, en améliorant la qualité et l’efficience dans la dépense publique. Il s’agit également  d’établir les priorités nécessaires à la poursuite de la réduction du train de vie de l’Etat et la maîtrise des dépenses fiscales en les orientant de manière ciblée vers les activités à fort potentiel de croissance et de développement .

L’accélération de la croissance économique devrait par ailleurs s’appuyer sur les PME qui représentent plus de 90% du secteur privé : il faudrait procéder au règlement prioritaire de la dette due aux PME, améliorer leur accès au crédit bancaire, multiplier les instruments de financement à long terme pour couvrir les besoins en investissement tels que la promotion du capital- investissement, la création d’un compartiment PME à la bourse , la promotion des fonds de garantie, l’affacturage et le crédit-bail.

En plus des mesures fiscales incitatives, visant à booster le développement des PME, l’Etat veillera à l’apurement de la dette intérieure, la célérité dans le remboursement des crédits de TVA avec la création d’un compte séquestre à la BEAC.

 

Rachel Ngah

  • CA2018_00001
  • CA2018_00002
  • CA2018_00003