Centre INFORMATION

Table ronde : des échanges riches et fructueux

Publication : samedi 4 février 2017 10:34

Une réflexion approfondie sur la mobilisation des recettes fiscales et la viabilité de la dette publique s’est déroulée juste après la cérémonie d’ouverture de la conférence.                           

Placée sous la modération du Ministre des Finances Alamine Ousmane Mey, la table ronde était centrée autour de deux thèmes : « Dette publique au Cameroun : viabilité et soutenabilité » et « Stratégie d’optimisation de  la mobilisation des ressources ».

        Le premier thème visait à réfléchir sur la meilleure politique efficace d’endettement qui permettrait d’assurer l’équilibre entre financement des déficits, soutenabilité et viabilité de la dette publique. Autrement dit, comment faire en sorte que la dette publique camerounaise contribue à accélérer le développement et à soutenir la croissance tout en restant viable et soutenable ?

        Ce thème a regroupé comme participants la Directrice des Opérations de la Banque Mondiale au Cameroun, madame Elisabeth Huybens ; le Représentant Résident de la Banque Africaine de Développement (BAD), Racine Kane ; le Représentant Résident du Fonds Monétaire International (FMI), Kadima Kalondji ; le Directeur Général de la Coopération et de l’Intégration Régionale au MINEPAT, Charles Assamba Ongodo ; le Directeur Général des Travaux des Infrastructures Guy Daniel Zoa Abouna et comme exposant principal le Directeur Général Adjoint de la Caisse Autonome d’Amortissement (CAA), John Kemdem Forghap.

        En introduisant le thème, le DGA de la CAA a défini la dette publique comme l’ensemble des engagements financiers de l’Etat à une date donnée constituée par la dette directe de l’Etat et la dette avalisée par l’Etat. Il a retracé l’historique de la dette qui était de 145% du PIB après la dévaluation du FCFA en 1994 et qui est redevenue viable avec un taux de 29% du PIB  au 31 décembre 2016. Le Cameroun y veille à travers le Comité National de la Dette Publique, organe chargé de l’accompagnement du processus de l’endettement et de la surveillance de la qualité de la dette. La gouvernance des finances publiques du Cameroun reste satisfaisante et sa dette presque viable sur un horizon de 20 ans malgré la présence des signaux de risque de surendettement perceptible.

        A l’issue des débats autour de cette table, les participants se sont accordés sur la nécessité de bien identifier les projets à financer, en privilégiant ceux qui contribuent le mieux aux ambitions de croissance de notre pays ; de veiller à la complémentarité des projets afin d’éviter une dispersion des énergies préjudiciables à l’atteinte de l’émergence ; d’améliorer la qualité et la maturité des projets et de s’assurer du rendement des projets, condition qui pourrait être nécessaire à l’accès au financement non concessionnel.

        En clôturant ce panel, le Ministre des Finances a rappelé que la viabilité et la soutenabilité de la dette publique passe par la prudence, la discipline, la priorisation des projets et l’amélioration de la qualité de la dépense.

        Le second panel relatif à la stratégie d’optimisation de la mobilisation des ressources fiscales en 2017, était consacré à la recherche d’une politique budgétaire adéquate nécessaire au programme ambitieux de l’Etat projeté à 4 373,8 milliards de FCFA dont 2519 milliards de FCFA en recettes fiscales. En d’autres termes comment résoudre l’équation entre le rendement fiscal, la juste dépense fiscale dans un contexte de démantèlement tarifaire marqué par l’APE avec l’Union Européenne ? Bien d’avantage, il s’agit de trouver la solution idoine qui permettra de mobiliser les recettes fiscales de façon optimale sans pour autant décourager l’investissement productif, créateur de richesse ou inciter à la conduite des activités dans l’informel, privant ainsi l’Etat d’importantes ressources.

        Parmi les intervenants, on comptait le Directeur Général des Impôts, Modeste Mopa Fatouing, le Directeur Général des Douanes  Fongod Edwin Nuvaga, le Représentant Résident du FMI, Kadima Kalondji, les opérateurs du secteur privé à l’instar du Secrétaire Exécutif du Groupement Inter Patronal du Cameroun (GICAM), Alain Blaise Batongue et du Directeur Général de la Société Anonyme des Brasseries  (SABC), Emmanuel De Tailly.

        Le DG de la SABC et ses collaborateurs ont présenté le contexte économique difficile dans lequel évolue leur groupe. Ils ont estimé qu’en tant que premier contributeur aux recettes fiscales non pétrolières du pays, la SABC a vu ses performances décroître en raison des réformes fiscales récentes relatives à la suppression du régime d’investissement et à la reforme des droits d’accises ; entraînant de ce fait une diminution du taux de rentabilité et un faible retour à l’investissement. La SABC a par ailleurs plaidé pour une fiscalité de développement plus équitable orientée avec une valeur ajoutée et pause fiscale. A la suite de ces interventions le DGI a déclaré que les grands contribuables bénéficient d’un encadrement et des avantages fiscaux convenables dans le système fiscal actuel. Toutefois, les bières et les boissons gazeuses restent dans le champ des droits d’accises pour prévenir la consommation excessive de ces boissons.

        Le représentant du GICAM a regretté la faible prise en compte des propositions des acteurs privés dans la loi des finances, une situation qui plombe le partenariat avec le secteur public. Réagissant à cette intervention le MINFI a plutôt relevé la régularité des concertations avec le secteur privé sur des questions importantes telles que la loi des finances ou les reformes fiscales ; avec pour conséquence le renforcement du partenariat public/privé.

        Au terme des échanges le modérateur Alamine Ousmane Mey a invité les panelistes et les responsables du MINFI à consacrer des efforts importants à la mobilisation des ressources afin de satisfaire les besoins de développement de notre pays et de renforcer d’avantage le partenariat public/privé.  

                                                                                      Rachel Ngah

 

  • TR2017_0165
  • TR2017_0166
  • TR2017_0167
  • TR2017_0168
  • TR2017_0169
  • TR2017_0170
  • TR2017_0171
  • TR2017_0172
  • TR2017_0173
  • TR2017_0174
  • TR2017_0175
  • TR2017_0176
  • TR2017_0177
  • TR2017_0178
  • TR2017_0179
  • TR2017_0180
  • TR2017_0181
  • TR2017_0182
  • TR2017_0183
  • TR2017_0184
  • TR2017_0185