Centre INFORMATION

Marchés financiers internationaux

Publication : vendredi 21 août 2015 14:27

Des euros bonds pour le financement du plan d’urgence du Cameroun et un crédit relais pour la relance de la SONARA. Les conventions y relatives ont été signées le 10 février 2015 à Yaoundé

 Le Cameroun a lancé son premier emprunt obligataire international d’un montant de 750 milliards de FCFA, soit  1,5 milliard de dollars US sur le marché international le 10 février 2015 à Yaoundé. C’était au cours d’une double cérémonie de signature de la lettre de mandat avec les institutions bancaires retenues à cet effet d’une part et de la signature de la convention du crédit relais de 143,5milliards de FCFA en faveur de la SONARA d’autre part.  Cette double cérémonie était présidée par le Ministre des Finances Alamine Ousmane Mey, en présence du Ministre de l’Eau et de l’Energie, Basile Atangana Kouna.

La lettre de mandat relative à la mobilisation de ces ressources a été paraphée par le Ministre des Finances Alamine Ousmane Mey représentant l’Etat du Cameroun ; le Directeur Général de la filiale locale de la Société Générale de Banques Jean Philipe Guillaume et le Directeur Général de la Standard Chartered Bank, Mathieu Mandeng.  Cette « mandate letter »  elle-même a été signée conformément au décret présidentiel du 06 février 2015 habilitant le Ministre des Finances à mandater les filiales des banques désignées pour la levée des fonds devant servir au financement du plan d’urgence triennal et de certains projets de développement du Cameroun.

Pour la première fois le Cameroun se met au diapason des nations à fort potentiel qui sollicitent l’épargne internationale pour le financement de ses projets de développement.  C’est un exercice d’audace qui témoigne à suffisance de la crédibilité de la signature d’un pays faisant ainsi du Cameroun, un Etat crédible, solvable et  respectueux des engagements. A ce sujet , le Ministre des Finances a rappelé que la lettre de mandat confiée à la Standard Chartered Bank et à la Société Générale de Banques a à la fois une portée financière et un impact sur  l’ image, la réputation et la représentation du Cameroun à l échelle nationale et internationale. 

Le Cameroun ouvre donc une nouvelle page de son histoire en matière d’engagement à travers l’initiative des eurobonds. Il y va serein et confiant parce qu’il remplit toutes les conditions nécessaires pour mobiliser une somme équivalente à  1,5 milliard de dollars US, soit  750 milliards de FCFA, sur le marché international, des fonds dont il a besoin pour l’évolution de son pays. Cet argent va servir à financer le plan d’urgence du Cameroun et plusieurs projets de développement. 

 

Refinancement de la SONARA

Le second volet de cette cérémonie qui découlait du deuxième décret du 06 février 2015, portait sur l’habilitation accordée au Ministre des Finances à signer avec une syndication de quatre banques locales ayant pour chef de file, BGFI Bank Cameroun et constitué de Société Générale Cameroun, Afriland First Bank et Ecobank Cameroun, une convention de crédit relais d’un montant de 143,5 milliards FCFA pour la relance de la SONARA (Société Nationale de Raffinage). La raffinerie camerounaise en proie à d’énormes difficultés financières depuis plusieurs années, à cause des manque-à-gagner enregistrés du fait de la politique de subvention des prix des produits pétroliers à la pompe instituée par l’Etat va restaurer sa crédibilité vis-à-vis de ses fournisseurs en pétrole brut, approvisionner le marché camerounais en produits pétroliers en quantité et en qualité et promouvoir le secteur énergétique. 

Il s’agira également d’accélérer la réalisation de la phase II du programme de modernisation de la Société, d’étendre sa capacité, d’améliorer la situation financière de l’entreprise et de proposer toutes les solutions permettant de diminuer le manque à gagner dû à la SONARA. Cette sollicitude du secteur bancaire de l’Afrique centrale vis-à-vis de la SONARA a été saluée, par le Ministre de l’Energie et de l’Eau, Basile Atangana Kouna et par le Directeur Général de la SONARA, Ibrahim Talba Malla. 

 

Rachel NGAH